veille sur la transition numérique et l'économie collaborative

rédigé par Alexandre Meyer

Étudiant en Master Management Entreprenariat de projets numériques, communication. Diplômé d'un DUT MMI et d'une licence pro. en numérique. 🖥️💻🖱️📱

Posté le
Catégorie(s) Média en Seine

Monétisation et podcast font-ils bon ménage ? Erik Diehn, CEO de Stitcher, nous raconte.

Erik Diehn en train de parler devant son audience

Le 22 novembre dernier s’est organisé, conjointement, à la Maison de la Radio et aux Echos, l’un des premiers festivals se questionnant sur l’évolution de la nature des médias avec le numérique. Débats/rencontre, keynote, masterclass, ateliers… nombreuses étaient les formes de prise de parole des différents intervenants auxquelles j’ai pu assister. Donnant la parole aux acteurs des médias dits “traditionnels” et aux nouveaux médias d’internet, cette journée fut l’occasion de réaliser ensemble un état des lieux et de récolter frustrations et visions de chacun, pour l’avenir commun du Média.

“On s’était dit rendez-vous dans 10 ans. Même jour, même heure, même port”…USB ! Cette chanson nostalgique de Patrick Bruel, qui pourrait rappeler les longs trajets en voiture du retour des vacances, décrit mélodieusement nos attentes et nos craintes face à l’évolution des médias et de la technologie.

Qui aurait imaginé se donner rendez-vous 10 années après le lancement du premier iPhone, au premier festival dédié aux médias de demain ?

Deux salles, deux plusieurs ambiances.

La matinée aux Echos a fait beaucoup réagir les différents interlocuteurs. Et il y a de quoi ! Pour certains, internet représente le ralentissement, voire même la destruction à feu doux de leur secteur d’activité, alors que pour d’autres, celui-ci est synonyme d’un eldorado toujours plus florissant. La frustration pouvait se ressentir dans la salle lorsque le débat/rencontre “À quoi ressemble la TV du futur ?” s’initia. Les PDG de M6, TF1, Canal+ et France Télévisions ont donné leurs points de vue. La colère se lisait sur les visages de ces quatres mastodontes de la TV. La cause ? Netflix bien-sûr ! Avec l’ouverture de son tout premier bureau dans la capitale, l’objectif de Netflix est clair : s’approprier le marché français. Son influence se fait déjà ressentir avec plus de 7 films français en production, dont un, “Plan Coeur” prévu pour le 7 décembre prochain.

« Ne plus jamais donner une série produite par FranceTV à Netflix »

Delphine Ernotte, Présidente de France Télévisions, annonça en plein débat “ne plus jamais donner une série produite par FranceTV à Netflix”. Tout en sachant que la nouvelle saison de la série Dix pour cent, produite par France2, se retrouvera très prochainement sur la plateforme américaine. Peut-être était-ce une futur mise en garde contre le géant ? Très futur alors…

Peut-on se dire que la première motivation de création de contenu par les médias et entreprises constitue le bénéfice financier ? L’argent passe-t-il devant la liberté de créer et de diffuser ? Bien que les réelles motivations à ce sujet furent évitées par les grands groupes, d’autres intervenants ne s’en cachaient pas.

Keynote sur “Monétiser l’audio : 10 minutes pour comprendre le marché US… Et ce qui nous attend en France !”.

Le ton est donné. Erik Diehn pris la parole en anglais. Cet américain de 43 ans, journaliste de formation, devint en 2016 le CEO de la start’up Stitcher.

Qu’est-ce Stitcher ? – Une plateforme web et mobile proposant des podcasts audio pour tous ses utilisateurs.

Son modèle économique est très bien rodé. “Une grande audience permet d’engendrer de grand revenu” nous explique-t-il dans l’élan de son intervention. Quelques chiffres sont venus appuyer ses propos. Une année seulement après sa création en 2007, Stitcher se retrouva avec plus de 27 millions d’utilisateurs. Ce nombre ne fait qu’augmenter les années suivantes, en passant de 38 millions en 2015 à 78 millions aujourd’hui.

Comment peut-on expliquer cette fidélisation ?

Les podcasts de la radio publique ne sont pas monétisables. Il fallait donc trouver un autre moyen. Erik Diehn expose sa stratégie. Il voulait proposer à son utilisateur un contenu original et varié. Pour cela, rien de plus simple. Il suffit de lui laisser le libre choix d’écouter ce qu’il souhaite. Il créa des émissions (podcasts) privées dites “talk radio” disponibles dans plusieurs thèmes : documentaire, interview, comédie, actualités et politique, lifestyle, true crime, souvent animées par des personnalités américaines. L’ensemble des utilisateurs peut se retrouver individuellement dans chaque émission et y être très attentif.

Un utilisateur fidèle = un utilisateur profitable ?

Le “contrat” de confiance instauré entre l’application et l’utilisateur est très profond. Le son des podcasts sortants des écouteurs arrive au plus proche du cerveau ; la voix s’adresse directement à l’individu, elle lui parle personnellement.

C’est en profitant de cette attention de l’utilisateur que Stitcher génère son revenu. Un utilisateur attentif accordera plus de son attention à un message publicitaire. Diehn affirme : “C’est 80% de plus par rapport à un média traditionnel, comme la télévision ou la radio.”.

En s’appuyant sur ces différents modèles, la plateforme américaine pourrait bien conquérir le marché européen d’ici quelque temps !

Grahique présentant Le revenus publicitaires des podcasts aux USA

Sur le même sujet :

Les revenus publicitaires des podcasts aux Etats-Unis
https://www.presse-citron.net/publicite-aux-etats-unis-les-revenus-des-podcasts-explosent/

Les contraintes à améliorer pour mieux accueillir la publicité sur l’audio
http://ad-exchange.fr/audio-les-freins-qui-empechent-les-annonceurs-dadopter-la-publicite-podcast-36463/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.